Naturalistes en lutte

Les informations des Naturalistes en lutte à Notre-Dame-des-Landes


1 commentaire

La science n’est pas le droit

La science n’est pas le droit

Aujourd’hui ont été rejetés les recours des associations qui se fondaient, notamment, sur les travaux et avis des Naturalistes en lutte, du collège des experts scientifiques, du Conseil scientifique régional de protection de la nature, du conseil national de la protection de la nature, ou encore du Conservatoire national botanique de Brest pour dénoncer la méthode compensatoire utilisée pour le projet de Notre-Dame-des-Landes.

Les magistrats furent sourds aux alertes scientifiques, ce qui montre la difficulté que le droit français a pour intégrer les sciences dans sa matrice.

Il n’y aura donc pas lieu de refuser une méthode compensatoire totalement invalidée par un collège regroupant les meilleurs experts des zones humides françaises. La volonté politique va au-delà des sciences, et de la protection de la nature, elle surpasse l’objectif de protection de la biodiversité, ou encore celui de garder en bon état la ressource en eau ; l’objectif de consommer le plus possible d’énergies fossiles étant considéré comme d’un intérêt général bien plus important que préserver le vivant et notre ressource en eau.

La déception est évidemment criante tant les Naturalistes en lutte s’étaient investis pour contester les errements et manipulations des études de terrain sur la biodiversité, des compensations inefficaces prétextes à la destruction de l’environnement, la complicité des bureaux d’études qui ont monté ces subterfuges.

Le combat juridique pourra néanmoins continuer, en appel, et surtout, sur le terrain de l’atteinte au campagnol amphibie, espèce dont la destruction a été considérée par le porteur de projet comme soluble dans les compensations prévues pour les autres espèces protégées, tout comme l’ensemble des compensations pour les chauves-souris. Le combat juridique pourra également se porter sur l’exécution des mesures compensatoires, techniquement irréalisables dans l’état actuel. Rappelons que les sols des pentes où les mesures compensatoires sont projetées n’ont rien à voir avec ceux du plateau où se situe le projet et que, de plus, les agriculteurs supposés les mettre en œuvre sont des experts du machinisme agricole, de la génétique bovine et des produits chimiques, en aucun cas des écologues en mesure d’assurer le fonctionnement de mares et de prairies naturelles dans un contexte d’intensification permanente.

Le combat scientifique continuera tant il est important montrer et expliquer la richesse fondamentale des zones humides de Notre-Dame-des-Landes et l’idiotie de vouloir en faire un aéroport.

Le combat politique doit également continuer tant la légitimité de ce projet soutenu par les grands partis politiques s’effrite devant les sondages démontrant le refus majoritaire de la population, montrant encore une fois le décalage entre la représentation politique et les électeurs, le dernier en date sur le site internet du candidat des Républicains Retailleau ayant montré que la majorité des votants étaient opposés à l’évacuation de la ZAD. Il est encore possible de renoncer à ce projet inutile, destructeur de biodiversité et du climat.

Notre-Dame-des-Landes, le 17 juillet 2015


Poster un commentaire

Notre exposition sur les landes

Les Naturalistes en lutte ont présenté lors du rassemblement des 11 et 12 juillet 2015 une grande exposition sur les landes qui rassemblait des panneaux d’information sur les landes de Loire-Atlantique et celles de la ZAD ainsi que les espèces caractéristiques, des objets (outils, paniers), des films et les tableaux de Lucien Pouëdras consacrés à cette thématique.

La richesse des échanges qui ont eu lieu autour de cet ensemble original ne peut être facilement traduite ici mais on ne peut que constater la force d’une exposition qui allie l’émotion d’une vision artistique à la précision de l’information apportée à côté. Ce qui est certain, c’est que la réflexion autour des usages des communs pourra être enrichie grâce aux témoignages recueillis et que beaucoup de visiteurs ont découvert l’importance patrimoniale et naturaliste des landes et de tout ce qui en garde la mémoire.

Ce projet n’a pu être mené à bien que grâce aux soutiens reçus de toutes parts : l’écomusée de Vigneux qui a prêté des outils, l’ACIPA qui a assuré le fléchage, la  municipalité qui a mis la salle et le matériel à disposition.Expositions landes NDDL (5)