Naturalistes en lutte

Les informations des Naturalistes en lutte à Notre-Dame-des-Landes

Critique de la méthode de prospection pour les inventaires sur le Campagnol amphibie (Arvicola sapidus)

Poster un commentaire

Alors que le collège des experts en avril 2013 avait demandé à ce que les compléments d’inventaires soient réalisés au moins durant deux années, celui concernant le Campagnol amphibie n’a été mené que sur 5 jours, durant le mois de septembre 2013. Cette durée et cette période ne permettent pas de couvrir l’ensemble du cycle de l’espèce et des conditions possibles.

 

En effet, la fin d’été et l’automne constituent la période la moins propice à la caractérisation du ob_d275f5fc1ffa3fa2f5667b622b6e2df5_dscn7633domaine vital de l’espèce. Cet assèchement de l’habitat (réseau hydrographique, prairies et mares) engendre une contraction saisonnière du domaine vital de l’espèce par concentration des populations autour des milieux encore humides en septembre.

Ceci explique que des sites sur lesquels le Campagnol amphibie n’a pas été observé lors de l’étude de septembre 2013 sont pourtant bien fréquentés par l’espèce à d’autres périodes. Ainsi, l’étude mentionne 11 sites positifs sur 45 prospectés, soit 25 % de sites avec présence de l’espèce. Les données des naturalistes suggèrent plutôt un pourcentage de sites positifs proche des 80%, en période hivernale (saison beaucoup plus propices à la recherche de sites fréquentés par l’espèce).

La période de prospection conduit donc à une sous-estimation des habitats fréquentés par le Campagnol amphibie. Même si certains habitats ne sont plus propices en fin d’été car à sec, ils ne doivent pas pour autant être considérés comme accessoires. En effet, ces habitats sont occupés à d’autres périodes de l’année, comme l’hiver et le printemps, deux périodes cruciales car influençant la dynamique des populations.

Nous soulignerons certains doutes concernant l’exhaustivité de l’inventaire sur les surfaces prospectées. Ainsi, 2500 hectares ont été prospectés en 5 jours ce qui représente plus de 62 hectares par heure (pour un temps de travail journalier de 8 heures). Cette simple donnée apparaît inconcevable, dans l’optique d’un travail d’inventaire rigoureux.

No passaran

Les Naturalistes en luttes

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s