Naturalistes en lutte

Les informations des Naturalistes en lutte à Notre-Dame-des-Landes

Des témoignages sur la journée du 13 janvier

3 Commentaires

Petit naturaliste amateur, j’ai eu le grand bonheur, hier, de parcourir landes et prairies humides, heureux de traverser un monde encore libre. L’envol d’un hibou des marais a été à la fin du périple une belle épiphanie. Merci au patron de l’équipée, très pointu en botanique et en hydrographie. Je reviendrai dans un mois avec mes petits moyens. Merci aux combattants. JM du 29.

Pour ma part, j’ai passé un moment partagé entre l’exaltation et la consternation. Exaltant, parce que petit à petit on y apprend beaucoup de choses sur cette nature qu’il faut absolument défendre, consternant parce que le sort qui lui est réservé à NDDL est effrayant. On aurait tendance à baisser les bras devant les tout-puissants d’en face mais il ne faut pas, çà vaut la peine de se battre. J’espère apprendre bien plus encore et surtout être utile au mouvement et à ce bel environnement proche de chez moi. Vivement le prochain RV et que les groupes soient structurés, le seul problème de dimanche c’est que nous étions si nombreux que la coordination était un peu compliquée. Véronique

Participation au-delà des espérances en ce petit matin de janvier, pourtant brumeux et froid. Plus de 200 passionnés de nature réunis pour explorer les richesses de la campagne autour de NDDL. Si le terme de « naturaliste » ne pouvait raisonnablement pas s’appliquer à beaucoup de participants (dont je fais partie), la curiosité et la motivation ont compensé le manque de connaissances chez les néophytes.

Bravo aux organisateurs : moins d’une demi-heure après le RV, les équipes étaient déjà sur le terrain, cartes et stylos à la main, avec une démarche claire préétablie : repérer tous les lieux potentiels de biodiversité : talus arborescent continu (les TAC n’ont plus de secrets pour moi !), ruisseaux, mares, prairies humides, arbres creux, etc.

Ceux qui avaient l’œil ont permis aux autres de repérer les multiples traces de vie animale, même au cœur de l’hiver. Des poils de sangliers laissés dans les bauges aux déjections de chouette, en passant par les grimpereaux accrochés aux troncs et sans oublier le chevreuil qui a décollé à quelques mètres de nous. On préfère ce type de décollage à celui d’un A 320…

Deux conseils pratiques aux futurs participants :

– choisir une hauteur de bottes suffisante : NDDL est définitivement une zone humide, ceux qui sont revenus avec des chaussettes mouillées le confirment !

– préférer des vêtements à poches plutôt qu’un sac à dos (le pique-nique peut rester dans les voitures si on y retourne pour déjeuner). Passer à travers les clôtures avec un sac sur le dos, ce n’est vraiment pas pratique !

Un grand merci à tous ceux qui ont contribué à faire de cette journée une vraie réussite ! Pascale

ob_b36ba9_nddl-janvier-claire-levionnois-6

ob_da18f5_nddl-givre1-estelle-gourdon-2

Advertisements

3 réflexions sur “Des témoignages sur la journée du 13 janvier

  1. En virée naturaliste à NDDL hier j’ai trouvé un cache de jumelle (à priori swaro) au bord d’une mare située au centre d’une prairie humide pas loin des Planchettes. Je serai heureuse de la rendre à son propriétaire…

    J'aime

  2. Les abeilles, les mouches et autres petite bêtes s’agitant sur le dos nous montrent que notre ciel est devenu semblable au plastique d’une serre. http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html Pouvez-vous m’aider à briser le mur du silence à ce sujet en m’envoyant des photos de votre ciel quelques jours durant: exemples ici: http://www.eauseccours.com/article-cop-18-co2-le-cri-du-coeur-de-jean-jouzel-113025180.html Toucher à la réception de la lumière et à l’établissement normal des cycles de l’eau c’est perturber toute l’organisation de la vie terrestre. C’est que sont en train de faire les nuages engendrés par un trafic aérien insensé. Bonne année et au retour du vrai ciel bleu.

    J'aime

  3. Je partage également l’enthousiasme autour de ces sorties naturalistes….avec un constat alarmant, certains se pressent d’ abattre de magnifiques arbres presque centenaires pour le commerce du bois, éliminant ainsi de nombreuses haies essentielles pour la biodiversité. Déclarons rapidement ces vieux arbres et ces haies d’utilité publique !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s